VOTE | 83 fans
Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

#202 : Honni soit qui mal y pense

 

John et Georgia défendent un restaurant français à qui on reproche de servir de la viande de cheval. John s'occupe de cette affaire à contre-coeur car il adore les chevaux et ne supporte pas l'idée que des gens puissent en manger. Ling Woo, une cliente et néanmoins amie de Nelle, souhaite attaquer Harold Wick, un animateur de radio qui n'hésite pas à tenir des propos sexistes à l'antenne ...

Popularité


3.67 - 3 votes

Titre VO
They eat horses, Don't they?

Titre VF
Honni soit qui mal y pense

Première diffusion
21.09.1998

Première diffusion en France
23.02.1999

Plus de détails

Réalisation : Mel Damski | Ecriture : David E. Kelley

Guest stars : Albert Hall (Juge Seymore Walsh), Mark Metcalf (Maître Walden), Tim Thomerson (Mr Daley), Stuart Pankin (Mr. Handy).

Prologue.

Scènes de la saison précédente avec voix off faisant un bref résumé des différents personnages de la série.
 
 

Cabinet Cage & Fish. Les toilettes mixtes.
Son présents: John Cage et Nelle Porter

NP est devant un mirroir à se recoiffer. On entend un bruit de chasse d'eau. JC entre avec sa télécommande à la main.
JC: J'aime les toilettes propres.
NP: Oui, moi aussi.
JC: Vous ne regrettez rien ?
NP: Non je ne me plains pas ici. C'est une chouette équipe.
JC entend boom boom boom boom doo boom
NP: John, je peux vous poser une question ?
JC: Bien sûr.
NP: Etes vous amoureux de moi ?
JC: Peuk peuk ta da la da la Pourquoi ? (il appui sur sa télécommande pour toilettes par inadvertance) Pourquoi me demandez vous ça ?
NP: Oh, parfois les femmes ont des intuitions sur certaines choses. En plus Richard me l'a dit.
AMB rentre et se dirige vers un lavabo.
NP: J'ai certains principes à propos des hommes avec lesquels je travaille (elle remarque AMB) mais je... je peux parfois changer d'avis.
NP sort des toilettes.
AMB: C'est officiel, je la déteste.
 
 

Bureau de Richard Fish.
Sont présents: Richard Fish et John Cage

JC entre énervé et claque la porte.
JC (en colère): As-tu dit à Nelle Porter que j'étais amoureux d'elle ?
RF: Exact. Désolé. Passons.
JC: C'est inacceptable. Je pensais que nos conversations personnelles restaient personnelles.
JC commence à torturer sa veste.
RF: J'ai eu tort, je m'excuse. Passons à la suite.
JC à la veste au dessus de la tête.
JC: Non.
RF: John, tu connais Harold Wick, le choc des mots le poids du sexe. Tu connais, j'en suis sûr.
JC: Il est vulgaire.
RF: Il est en procès, c'est un client de Nelle, c'est un dossier brûlant. JE pense qu'il y a de grandes chances qu'on bouscule le premier amendement. Tu te rends compte de la pub ? C'est pas tous les jours qu'on a une affaire ou principes riment avec profits. Alors je n'ai pas de temps à perdre avec tes problèmes de midinette effarouchée. Et maintenant dépêche-toi on est en retard.
RF sort.
 

Générique.

Salle de réunion.
Sont présents: Richard Fish, Ally McBeal, Nelle Porter, Georgia Thomas, Billy Thomas et .

BT: Attendez, attendez un seconde, cette femme...
NP: Elle s'appelle Ling.
BT: Ling, cette femme, est patron d'usine.
RF: Ouaip.
BT: Et elle poursuit Harold Wick, le type de la radio ?
RF: Oui.
BT: Est-ce que Harold Wick a un rapport direct avec l'usine ? Des parts peut-être ?
RF: Non.
BT: Alors quoi ? Je ne comprends pas.
NP: Il présente une émission entièrement consacrée au sexe et visant à semer le désordre dans l'entreprise de Mme Ling. Je m'explique; par ses propos, il excite les ouvriers et de ce fait provoque des risques de harcèlement sexuel.
GT: Nous attaquons un grand nom de la radio parce que ses propos risquent de créer des problèmes de harcèlement dans une usine ? (elle rit de la situation)
NP: Exactement.
RF, GT et BT rient.
GT: Quoi ?
BT: Ca alors c'est la meilleure. Désolé, je ne doute pas de vos compétences mais les raisons de ce procès sont ridicules. Elles me font hurler de rire.
NP: Chouette. Je suis ravie de faire rire un garçon séduisant quand je parle affaires. J'aurais pu travailler avec quelqu'un d'autre mais je vous le propose Billy.
GT: Pas question. (à BT) Tu... tu as déjà un procès en cour, l'affaire Roberts, tu sais bien ?
RF: Ally fera l'affaire.
AMB: Quoi ?
RF: John est pris, Georgia l'assiste, et moi je ne peux pas donc il n'y a plus que toi de libre. Au boulot !
RF, GT, BT, JC sortent.
NP (à AMB): Je vais chercher le dossier.
AMB: Bien. Je vous attends.
 
 

Cabinet Cage & Fish. Dans la grande salle.
Sont présents: Ling Woo et Elaine Vassal.

Une femme de type eurasien, LW, rencontre EV dans les couloirs du cabinet.
LW: Oh. Je cherche Nelle Porter, où puis-je la trouver, s'il vous plaît ?
EV: Oh oui bien sûr son bureau...
LW: Je suis allée dans son bureau, elle n'y est pas c'est pour ça que je m'adresse à vous mais j'ai eu tort peut-être ?
EV (ironique): Vous devez, sans doute, être sa meilleure amie ?
LW: Je suis une cliente.
NP arrive.
NP: Ling.
LW: Oh Nelle.
LW et NP se font la bise.
LW: Oh si tu savais ce que je suis anxieuse.
NP: Tu n'as aucune raison.
LW: Mais l'idée de voir cette homme. Mais pourquoi as-tu changé de bureau ? Je déteste le changement.
NP: Tout se passera bien.
LW: J'appréhende Nelle, je suis très nerveuse.
NP: Ling, ce n'est qu'une déposition. Détends-toi.
LW: Peut-être y a-t-il trop de femmes ici ?
 
 

Tribunal. Salle d'audience.
Sont présents: Le juge, le jury, le restaurateur Mr Handy représenté par John Cage assisté de Georgia Thomas, le consommateur mécontent Mr Daley représenté par Maître Harckness.

MD est à la barre, A#1 l'interroge.
MD: C'était notre anniversaire alors je voulais quelque chose de spécial et je l'ai amené dans un restaurant de luxe, nous avons commandé le menu du chef.
A#1: Le menu du chef ?
MD: Ils nous l'ont proposé. Consommé de volaille froid, foie gras; le genre de choses qu'on ne mange pas tous les jours.
A#1: Vous annonçaient-ils le contenu de vos assiettes en vous servant ?
MD: Comme l'appellation de leurs plats était très appétissante, on n'a pas demandé. Une assiette de frites c'est bon mais une assiette de pommes Versailles on n'a pas posé la question au serveur.
A#1: Mais un peu plus tard vous l'avez questionné ?
MD: Oui, à propos de la viande. Elle était si tendre, je voulais savoir de quelle genre de viande il s'agissait et ils me l'ont dit.
A#1: C'était quoi ?
MD: Du cheval.
A#1: Du cheval ?
MD: Sans prévenir comme si c'était tout naturel, ils nous ont servi Monsieur Ed sur un plat.
A#1: Et que s'est il passé lorsque vous avez su la vérité ?
MD: J'ai été pris de nausées et ma femme également.
A#1: Est-ce que vous et votre femme avez ressenti d'autres symptômes à part les nausées ?
MD: Nous nous sommes sentis somnolents et même dépressifs. Nous adorons les animaux, les chevaux en particulier. Et... et l'idée d'en avoir mangé en me faisant horreur. Toujours d'ailleurs.
Bruit de cheval au galop. JC arrête un magnétophone.
JC: Oh je vous prie de m'excuser. J'ai appuyé sans le faire exprès.
 
 

Cabinet Cage & Fish. Devant l'ascenseur.
Sont présents: Harold Wick et son avocat Maître Walden.

HW et A#2 sortent de l'ascenseur.
A#2: C'est trop scabreux.
HW: Oui vous avez raison.
EV qui arrive sans regarder bouscule HW sans le faire exprès.
EV: Oh
HW: Oh, je suis désolé.
EV: Ce n'est pas grave. Vous êtes Harold Wick ? Je m'appelle Elaine Vassal, une de vos plus grandes fans. Oh je suis folle de dire ça, nos avocats sont en procès avec vous.
HW: Oui c'est vrai.
A#2 (àEV): Nous venons pour une déposition.
EV: Euh oui. Allez y c'est dans la salle de conférence. (à HW) Je voudrais vous dire, dans votre émission vous faites passer les femmes pour des idiotes sans cervelle. Et vous voyez, toute ma vie on m'a dit que j'étais bête, et jusqu'à ce que j'entende votre émission je pensais que j'étais la seule idiote au monde.
HW: Je suis... hmm ravi de vous avoir rassuré.
 
 

Tribunal. Salle d'audience.
Sont présents: Le juge, le jury, le restaurateur Mr Handy représenté par John Cage assisté de Georgia Thomas, le consommateur mécontent Mr Daley représenté par Maître Harckness.

MD est à la barre, JC l'interroge
JC: Vous aimez les chevaux ?
MD: Enormément.
JC: Et vous trouvez leur viande succulente ?
MD: Je ne mange pas de cheval, c'est pervers.
JC: Et de la vache ?
MD: Ca c'est différent.
JC: Du porc ?
MD: Oui mais...
JC: Et je suis sûr que vous adorez l'agneau.
MD: Je ne suis pas végétarien. J'apprécie la bonne viande mais le cheval, c'est un animal noble.
JC: Vous allez aux courses ?
MD: Parfois.
JC: Vous hurlez après le jockey quand il fouette cette noble bête sur laquelle vous avez parié ?
A#1: Objection.
MD: Je ne suis pas là pour débattre de la cruauté Maître. Je pense que nous pourrions tous mieux traiter les chiens et les chats mais nous ne les mangeons pas. Ca devrait être la même chose pour les chevaux.
JC: Certaines personnes préfèrent la viande de cheval. Ce n'est pas un crime, c'est une histoire de goût. Il ne faut pas pour autant les hennir.
MD: Oh très amusant.
L'audience rigole.
MD: Le problème c'est qu'on ne m'a rien dit. Si on m'avait prévenu...
JC: Vous auriez commandé de la vache.
 
 

Cabinet Cage & Fish. Salle de réunion.
Sont présent: Ling Woo, son avocate Nelle Porter assistée par Ally McBeal, Harold Wick et son avocat Walden.

NP: Connaissez-vous le pourcentage d'hommes qui écoutent votre émission, Monsieur ?
HW: Sincèrement je m'en fous, je ne cherche pas la petite bête. Enfin quelque fois ça m'arrive.
NP: J'aimerais beaucoup que vous répondiez à ma question, Monsieur Wick.
HW: Je crois l'avoir fait. Au fait, vous ne m'avez pas dit votre prénom.
NP: Je crois l'avoir fait.
HW: Oh, c'est vrai, c'est Nelle. J'adore ce prénom Nelle, ça commence comme néné. (à LW)Et vous c'est Ling ? Et... (à A#2) c'est qui la pistache ?
AMB: Hey.
HW: Oh.
NP: Croyez-vous que ce soit un jeu, Monsieur ?
HW: Bien sûr que c'est un jeu. Oh c'est pas parce que Madame a une usine et les moyens de se payer les services de deux avocates que je vais tout un coup prendre peur et vous filer mon fric. Ah mais c'est vrai, vous êtes quoi ? Chintoque ?
A#2: Harold.
NP: Monsieur Wick.
HW: Quoi ? Je suis en forme, j'ai pris du Viagra et de l'Ibuprophène.
LW: Vous êtes plus vulgaire que je ne l'imaginais.
NP: Ling.
HW: Madame, je suis sûr que vous êtes charmante...
A#2: Harold.
NP: Si vous pensez nous intimider c'est raté Monsieur Wick.
HW: Oh ça je m'en doute vous en faites pas, je suis certain que vous avez des tendances sado-maso. (à AMB) Et vous, je sais pas trop quoi penser. Je sais seulement que j'adorerais vous faire votre fête à ma façon, petite cochonne.
 
 

Cabinet Cage & Fish. Toilettes mixtes.
Sont présent: Nelle Porter et Ally McBeal.

NP et AMB entre dans les toilettes, AMS se dirige vers un lavabo, NP vers une cabine de toilettes.
AMB: Vous ne voyez pas qu'en le poursuivant on fait exactement ce qu'il veut. C'est à dire de la publicité.
NP: Même si c'est le cas nous le faisons pour Ling.
AMB: Oh mais son procès est perdu d'avance.
NP: Ce n'est pas sûr...
NP va pour rentrer dans les toilettes quand AMB l'arrête par sa question.
AMB: Euh ha. Nelle ? C'est quoi une pistache ?
NP: Et bien... ça veut dire, petite sans personnalité.
 
 

Bâtiment du Cabinet Cage & Fish Bar du rez-de-chaussée.
Sont présents: Ling Woo et Richard Fish. Vonda Shepard chante, debout.

LW et RF sont assis à une table. Ils attendent NP
LW: Que fait-elle ? Je suis très mal à l'aise quand je ne connais personne.
RF: Elle va arriver. Dites-moi Ling, en poursuivant Wick pour harcèlement sexuel vous ne craignez pas qu'on vous prenne pour euh... une femme vindicative, faible et aigrie qui veut se venger des hommes ? C'est le contraire de votre personnalité, vous qui semblez tellement vicieuse. (pause) J'entretiens la conversation jusqu'à ce que Nelle arrive.
LW: Si vous saviez ce que ces gens ont osé dire sur moi.
RF: Je peux imaginer.
NP arrive.
NP: Je suis en retard, excusez-moi. Qu'est-ce qui se passe ?
RF: Oh rien du tout, nous faisons une petite mise au point.
NP s'assoit près de LW.
LW: Je n'aime pas cet endroit, les avocats sont tous dingues et la chanteuse me prend la tête.
NP se relève.
NP: Suis-moi, dans mon bureau on sera plus tranquilles.
LW se lève. NP et LW s'en vont. RF reste assis et regarde VS chanter.
 
 

Bureau de Richard Fish.
Sont présents: John Cage et Ally McBeal.

JC assis à son bureau litun dossier, puis sort d'un de ses tiroirs un cheval en peluche et joue avec lui, il le fait galoper sur son bureau. AMB entre et le voit faire.
AMB: Euh John.
JC cache lentement sa peluche entre lui et son bureau. Sa queue blanche est visible sur sa cravate
JC: Bonsoir Ally.
AMB: Qu'est-ce que c'est ?
JC: Quoi ?
JC met le cheval sur son bureau.
JC: Oh ça, c'est, c'est une peluche de démonstration pour mon procès, il s'appelle Froley. Quand j'avais des soucis avec mes copains à l'école, il les battait. C'est un bon cheval.
AMB: Cette affaire te met mal à l'aise.
JC: Oui parce que j'ai toujours pensé que l'homme avait des relations particulières avec les chevaux. Fier destrier durant nos batailles... On était rien sans eux.
AMB: Fais toi remplacer par Georgia.
JC: Non je... Au début tout se passait bien mais le plaignant a parlé de Monsieur Ed. Froley et moi c'est ce qu'on regardait le soir. Mais pourquoi je te raconte tout ça ?
AMB: Parce que tu peux. Rappelle que quand tu es avec moi tu n'as pas à avori peur d'être e seul fou dans la pièce. Alors vas-y confie toi.
JC: Je pose des questions à cet homme et dans ma tête je pense et si Wilber entrait dans le box le soir de Noël et disais "il n'y a pas de dinde Monsieur Ed, je suis désolé". Ca pourrait arriver, on est en novembre, Noël est proche.
AMB: Tu te souviens de cette chanson ?
JC: De laquelle tu parles ?
AMB (chante): Un cheval est un cheval / Bien sûr de course / Et qui peut parler à un cheval de course ? / Sauf si bien sûr le cheval de course est le fameux Monsieur Ed /
JC reprend en choeur avec AMB. NP et LW sont à la porte ébahis.
JC et AMB: Vous pouvez demander aux autres chevaux c'est sûr / Ils vous diront tous la même chose.
AMB et JC ont oublié les paroles. JC se souvient et reprend. AMB le suit
JC et AMB: Si vous voulez gagner la course
JC s'arrête, il a remarqué NP et LW.
AMB: Pariez sur Monsieur Ed / Juste sur Monsieur Ed.
AMB a fini la chanson et remarque seulement maintenant que JC a arrêté de chanté et quelle en est la raison, LW et NP à la porte. LW et NP entrent. AMB et JC se sentent fautifs.
 
 

Appartement de Ally McBeal et Renne Radick. Dans la cuisine.
Sont présents: Ally McBeal et Renee Radick.

La télévision est allumée et une émission présentée par Harold Wick y est retransmise.
Auditeur: Dites-moi Harold, pourquoi cette femme vous poursuit ?
HW: Pourquoi ? Ecoutez bien l'Amérique, elle me poursuit parce que, aujourd'hui, si vous avez du fric pour vous payer un avocat vous pouvez vous payer la célébrité. Et vous savez quoi ? Elle est célèbre maintenant, surtout qu'elle a cette sensualité asiatique, ce piment venu d'Orient qui excite tous les américains. Pas vrai les gars ? Hum Ecoutez-moi bien bande d'obsédés, écoutez bien Harold...
RR éteint la télévision.
RR: Tu veux que je te dise ? Je crois qu'il n'a pas tort.
AMB: De penser que les américains adorent les femmes asiatiques ?
RR: Il a raison de penser qu'elle a envie de finir sur la couverture du Time. Ca se vendra mieux que la recherche sur le cancer.
AMB: Si tu voyais comment elle s'habille.
RR: Qui donc ?
AMB: Ling. Ca veut dire: "Regardez-moi comme je suis balancée comme une reine..."
RR: "Mais surtout ne touchez pas les gars."
AMB: Exactement !
RR: Tu sais que les mecs au tribunal; les mecs, les avocats, certains juges même, ils parlent tous de tes jupes courtes.
AMB: C'est vrai ?
RR: Tu le fais pour ça, non ?
AMB: Non, je préférerai qu'ils parlent de mes cuisses.
RR: Ah...
AMB: Et je suis sûre qu'ils en parlent.
RR: Ah oui.
 
 

Tribunal. Salle d'audience.
Sont présents: Le juge, le jury, le restaurateur Mr Handy représenté par John Cage assisté de Georgia Thomas, le consommateur mécontent Mr Daley représenté par Maître Harckness.

MH est à la barre, JC l'interroge.
MH: C'est une viande très peu grasse, très protéinée, bien meilleure pour la santé que le boeuf.
JC: Oui mais c'est quand même du cheval.
MH: Vous savez que les Indous vous tiendraient le même discours à propos des vaches.
JC: Mais nous sommes aux Etat-Unis d'Amérique.
MH: Et en Amérique, beaucoup d'abattoirs produisent de la viande de cheval. Au Japon il l'a mange crue, ce sont des sashimis.
JC: Ne croyez-vous pas que nos amis à quatre pattes méritent mieux que de finir dans une assiette ?
MH: Peut-être méritent-ils mieux, tout comme les vaches.
JC: Donc vous êtes d'accord ? D'accord avec le fait que cet animal soit vénéré dans notre pays. Que diriez-vous si Elisabeth Taylor décidait de manger un de ses chevaux ?
MH: Mais elle l'a déjà fait non ?
J#1: Mr Handy, ce serait une grave erreur d'insulter Elisabeth Taylor en ma présence.
MH: Je suis désolé Monsieur le juge mais c'est mon honneur qui est en jeu. Je dépense beaucoup d'argent pour me défendre contre une accusation fondée sur l'hypocrisie. Ce monsieur n'est pas malade, il ne souffre d'aucun trouble. Nous sommes ici parce que certaines personnes trouvent inconcevable de manger du cheval.
JC passe la main à AP. (on ne voit pas la passation)
A#1: Et selon vous cela ne pose aucun problème ?
MH: Les croquettes pour chien sont faites avec de la viande de cheval, on s'en sert pour faire de la colle. Trouvez-vous ces utilisations plus nobles ?
A#1: D'accord mais pour fabriquer ces produits les chevaux peuvent être euthanasiés. Par contre pour la consommation humaine, ils sont abattus alors qu'ils sont en pleine santé.
MH: Oh.. alors si vous voulez parler de cruauté, le problème est le même pour la vache.
A#1: Le destin de ces pauvre bêtes ne semble pas vous attrister du tout, n'est-ce pas ?
MH: Les gens que ça dérange de manger du cheval n'ont qu'à choisir autre chose. Mais je ne vois pas pourquoi je serais condamné pour en servir.
 
 

Tribunal. Salle d'audience.
Sont présents: Le juge, le jury, Ling Woo et son avocat Nelle Porter assistée par Ally McBeal, Harold Wick et son avocat Walden.

NP et A#2 sont debout devant le juge.
A#2: C'est absurde Monsieur le juge laissons de côté la liberté de langage et la grivoiserie; le fait qu'un présentateur radio soit accusé de harcèlement sexuel par quelqu'un qu'il n'a jamais vu et à qui il n'a jamais parlé...
J#2: Il est vrai Maître Porter que si votre client ne travaille pas avec Monsieur Wick et si Monsieur Wick n'a aucune connexion avec elle, comment expliquez-vous qu'il puisse causer du tort quel qu'il soit aux ouvriers de l'usine en question ?
NP: Avant il était clair que les fabricants de tabac n'avaient aucune relation avec les non-fumeurs. Jusqu'à ce qu'on s'aperçoive que ces mêmes non-fumeurs subissaient aussi les effets nocifs du tabac et la loi a changé. Mon accusation est basée sur le même principe. Les propos de ce monsieur ont des effets secondaires nocifs.
J#2: Sur les non-fumeurs ?
NP: Comme les fabricants d'automobiles polluent l'air. Ce monsieur sévit sur plus de 300 stations de radio. Il prend l'antenne tous les jours pour insulter le corps féminin et dire que Dieu a fait la femme pour être l'esclave de l'homme.
J#2: C'est la liberté d'expression.
NP: Exact. Tout comme la cour est libre de censurer cette liberté d'expression lorsqu'elle va trop loin.
A#2: Cette histoire de harcèlement sexuel est totalement absurde.
NP: Je n'en suis pas si sûre. Selon les lois actuelles n'importe quel employeur peut être poursuivi pour avoir diffusé l'émission de Monsieur Wick dans son entreprise. La question n'est pas là, la question est que de toute façon si ce programme radio n'était pas diffusé dans l'entreprise de ma cliente, cet homme est tellement persuasif et populaire, que les propos qu'il tient auraient le même impact.
A#2: Donc la cour devrait, selon vous, se prononcer sur les propos de Monsieur Wick ?
NP: Absolument pas. Il peut dire tout ce qu'il veut mais si ses propos provoquent de la discrimination ou une mauvaise ambiance de travail, il devrait en être tenu pour responsable.
J#2: Mais comment pourriez-vous prouver que ce qu'il dit à la radio a une influence sur le comportement et sur ce que disent les ouvriers de cette usine ?
NP: Je n'y arriverai peut-être pas, mais cette question concerne le jury, pas le juge.
 
 

Bureau de Ally McBeal.
Sont présents: Ally McBeal et Elaine Vassal.

AMB est assise, la tête baissée supportée par ses deux bras accoudés sur le bureau. EV passe devant son bureau et la voit.
EV: Qu'est-ce qui cloche ?
AMB: Nelle...
EV: Non, ne me dites pas qu'elle a été bonne !?!?
AMB: Elle est géniale. Elle est posée, ses propos sont clairs, pas un mot ne sort de sa bouche qui ne soit pas adéquat, elle n'a aucuns tics nerveux, elle ne gesticule pas et elle arrive à rendre une histoire incohérente tout à fait plausible. C'est une.... peste.
EV: Et le juge n'a pas renvoyé le dossier ?
AMB: Il prend quelques jours pour étudier l'affaire. (malheureuse) On va peut-être gagner.
EV: Oh Ally, je suis désolée.
 
 

Bureau de Richard Fish.
Sont présents: Richard Fish et Ling Woo.

La télévision est allumée et on y voit Harold Wick assailli par la presse à sa sortie de la salle d'audience.
Presse: Harold, racontez-nous ce qui s'est passé ?
HW: Et bien en vérité que puis-je vous dire ? Euh.. je ne sais pas vraiemnt ce qui s'est dit en fait. L'avocat général n'a pas arrêté de parler et cette fille est tellement, tellement mignone.
HW: Je n'avais qu'une envie c'était de la bécoter.
La presse rit. RF aussi devant lécran, LW lui jette un mauvais regard. RF éteint la télévision.
LW: Si je pouvais je coucherai avec lui parce qu'au moins là, je le tuerai.
RF: Ah bon.
LW: Où est Nelle ? Elle me laisse toujours toute seule avec vous.
RF: Oui c'est terrible, c'est... Oh mais qu'est-ce que je voie là ? (Il touche le cou de LW) Oh le cou chinois.
LW le frappe sur le bras.
RF: Passons.
LW: Vous n'êtes pas très distingué, vous êtes même vulgaire. Et c'est quoi ce nom, Fish ?
RF: Le vôtre n'est pas mieux, Liiinnnggg. La première fois que je vous ai vu, vous savez ce que je me suis dit ?
LW (intéressée): Quoi ?
RF: Rien du tout. Vous ne m'avez fait aucun effet.
LW: Quand le procès sera fini, je vous promets de vite aller me faire voir ailleurs.
RF: Je suis sûr que non, je vous le promets.
 
 

Cabinet Cage & Fish. A l'étage (bibliothèque).
Sont présents: Nelle Porter et John Cage.

NP monte les marches qui mènent à l'étage et rencontre JC qui fait les cent pas, pieds nus.
NP: Oh... Qu'est-ce que vous faites ?
JC: Oh moi.. heu je travaille sur ma plaidoirie. C'est assez compliqué, je n'arrive pas à me concentrer avec mes chaussures.
NP (souriante): Ha...
NP retourne à ses occupations.
JC: Vous aimez la viande de cheval ?
NP: Oh c'est gentil mais j'ai déjà dîné. Une autre fois ?
JC: D'accord.
NP: Je peux jeudi, vous pouvez jeudi ?
JC: Jeudi ? oui euh je pense que oui.
NP: Chouette.
 
 

Bureau de John Cage.
Sont présents: John Cage et Georgia Thomas.

JC fait les cent pas, pieds nus alors que GT entre.
GT: T'es prêt ? (elle remarque que JC est pieds nus) Tu travailles encore sur ta plaidoirie ?
JC: Georgia, je crois que ce sera beaucoup mieux si c'est toi qui plaide.
GT: Euh.. j'ai interrogé aucun témoin, le jury ne me connaît pas.
JC: D'accord mais ils t'ont vu.
GT: Mais tu ne peux pas abandonner à la dernière seconde, tu dois le faire.
JC: Je ne peux pas, je ne me sens pas concerné.
GT: Attends une seconde, tu as défendu des criminels, des assassins même; tu peux défendre un restaurateur qui sert du cheval.
JC: Je sais que c'est dingue mais c'est, c'est, c'est, c'est, c'est, c'est, c'est comme si j'entendais des voix qui me disent de ne pas faire ça.
GT: Quel genre de voix John ?
JC: Je ne préfère pas le dire.
GT: John, la loi est complètement de ton côté, ils vont trouvé suspect que tu jettes les armes.
JC chantonne Boom boom boom.
GT: Ils risquent de te taxer de non professionnalisme. Allez viens, on nous attend.
GT s'en va. AMB qui a tout entendu entre dans le bureau.
AMB: C'est Froley ?
JC: Quoi ? Que.. Qu'est-ce que tu dis ?
AMB: Les voix, c'est Froley qui te dit quelque chose ?
JC: Euh... Froley ne me parle jamais.
AMB: Alors c'est qui ? C'est quoi ces voix ?
JC: Je crois, si je te le dis, de recouvrer ma réputation d'extra-terrestre à éviter...
EV arrive à leurs niveaux accompagnée de LW et NP.
EV: Ah la voilà. Ally, il y a Nelle et cette vicieuse de Ling qui disent que le juge est là pour rendre son verdict.
 
 

Tribunal. Salle d'audience.
Sont présents: Le juge, le jury, Ling Woo et son avocat Nelle Porter assistée par Ally McBeal, Harold Wick et son avocat Walden.

La salle de tribunal est remplie.
Officier: La cour
Tout le monde se lève. Le jury et le juge entrent.
J#2: Le balai est au point.
Officier: Asseyez-vous.
Tout le monde s'assoit.
J#2: C'est émouvant de voir que la communauté s'intéresse tant à la constitution. L'accusation pour harcèlement sexuel est déboutée.
Audience (désolée): Ohh...
HW et A#2 se serrent la main en souriant.
J#2: Après réflexion, il me semble indéfendable l'idée qu'un présentateur soit responsable de harcèlement sexuel sur des personnes qu'il ne connaît pas, ça ne marche pas. Cependant l'accusation portait également sur le fait que certains propos peuvent être blessants psychologiquement et dangereux. La liberté d'expression n'est pas forcément une bonne chose, il est évident que si l'on s'aperçoit que des propos vulgaires et malveillants sont capables de détruire et faire du mal, il faut alors recourir à la censure. La justice a déjà été amenée à interdire certains films, s'il le faut elle censurera une émission de radio.
A#2: C'est totalement injuste, vous portez atteinte à la liberté d'expression de chacun.
J#2: La cour l'a décidé et le jury est libre de dire: "on ne touche pas à la liberté d'expression même si parfois elle fait mal". Le jury peut le décider mais n'oublions pas Monsieur Wick ne débat pas d'idéaux politiques et ses propos, le plus souvent, sont gratuitement vulgaires. Il excite ses auditeurs, les jeunes surtout, en parlant de sexe. Il salit à plaisir l'acte d'amour et il attaque et méprise . (HW louche sur les jambes de LW, NP et AMB en minijupes) systématiquement les femmes. J'ai bien conscience que 9 sur 10 de mes collègues rejetteraient la plainte, malheureusement Monsieur Wick, le juge c'est moi, je refuse la demande.
AMB: Ah...
J#2: Je refuse la demande.
Audience (consentante): Ah...
AMB: Oh mon Dieu.
LW: (à NP, la prenant dans ses bras) Merci beaucoup Nelle. (Elle se retourne vers AMB) Meci Ally.
AMB: Je.. j'ai rien fait.
LW: Si, au contraire, le juge l'a pris en grippe et avec votre minijupe vous l'avez incité à vous insulter et ça a marché, c'est génial.
AMB: Je... je suis fière d'avoir jouer mon rôle.
 
 

Bureau de Richard Fish.
Sont présents: Richard Fish, Ling Woo et Nelle Porter.

La télévision est allumée. On y voit les dernières informations de la chaîne WYOZ. KM se trouve devant le cabinet Cage & Fish. NP est hors champ.
KM: La sentence a été reçue comme un ouragan. Personne ne la pressentait, Michael.
Michael: Quel genre de conséquences peut avoir une telle décision ? Je veux dire est-ce que Rush Limbo sera le prochain ?
KM: D'abord il ne faut pas oublier que cette loi ne s'appliquera que dans un seul état et qu'il y aura certainement appel. Et quiconque déciderait de poursuivre Rush Limbo aurait du mal à prouver que ses propos sont pis au sérieux.
RF (à KM à la télévision): Cage et Fish dites le juste une fois. Cage et Fish, Cage et Fish, Cage et Fish.
KM: C'était Karen Martin qui vous parlait en direct de chez Cage & Fish Je vous retrouve dans une heure...
RF: Génial (il éteint la télévision) Bon boulot ! Euh.. Ling félicitations. Je... je ne trouve pas de mot.
LW: Je vois.
RF: Alors on fait quoi maintenant ?
NP: On démissionne.
RF et LW: Quoi ?
NP: On voulait la peau de ce type ? On a fait ce qu'il fallait et on a réussi.
LW: Je veux du fric.
RF: Euh là, je suis d'accord.
LW: Mais pourquoi on laisse tomber ?
NP: Notre but est atteint, on a la victoire et la crédibilité. Nous allons faire du premier amendement notre meilleur allié.
LW: De quoi tu parles ?
NP: Il faut que j'aille travailler. A plus tard (elle s'en va).
LW: Ne me laisse pas seul avec... (NP est déjà loin) lui. Encore seuls, vous et moi, ça va finir par être une habitude.
RF: Ling, avec vous tout le monde se sent seul.
 
 

Tribunal. Salle d'audience.
Sont présents: Le juge, le jury, le restaurateur Mr Handy représenté par John Cage assisté de Georgia Thomas, le consommateur mécontent Mr Daley représenté par Maître Harckness.

A#1 debout, fait sa plaidoirie.
A#1: Les gens décents refusent de manger du cheval. Bien sûr on peut parler des vaches, des porcs, des poulets et de cette prétendue hypocrisie qui nous pousse à dire que les chevaux sont différents, mais ils sont différents. Ces animaux sont nos compagnons et c'est en cela qu'ils sont différents. Vous est-il arrivé de vous trouver à côté d'un cheval ? Cet animal n'est pas comme beaucoup le pensent, servile vis à vis de l'homme, mais volontairement lié à lui. Le cheval est un animal digne. Cette dignité, je pense que, nous devrions au moins la respecter.
A#1 a fini a plaidoirie, il se rassoit. Tout le monde attend que JC se lève pour faire la sienne. Après une vingtaine de secondes (c'est assez long) d'attente il se lève.
JC: Cette affaire ne concerne pas les chevaux, elle concerne les hommes. Cet homme (montrant MD) , assis là, attaque. Cet homme (montrant MH) qui est assis là est un humain; et les humains mangent les animaux. Vous pouvez être contre mais le texte de la constitution ne commence pas par "Nous les chevaux,...". L'animal n'a aucuns droits, l'homme n'a pas à avoir de manières décentes, des attitudes correctes; lorsqu'il s'agit de bétail, l'homme n'a pas à faire de sentiments. Pourquoi en ferait-il ? La viande est bonne. Il faut arrêter d'associer viande et décence ce n'est pas bien, parce qu'ensuite ce sera le tour des hamburgers. Si vous attaquez ceux qui mangent de la viande sur le terrain de la décence je vous assure que les prochains seront les mangeurs de hamburgers, ce sera inévitable. Parce que si vous allez visiter des abattoirs, si vous voyez ce qui arrive à ces vaches, vous vous apercevrez que la décence est sûrement le dernier des soucis de l'homme. Et vous ne mangerez plus de saucisses, ni d'ailes de poulet. (MH ne comprend pas ou veut en venir JC) Nous, peuple américain, mangeons de la viande animale et nous ne sommes pas décents. Et mon client est humain, il est aussi américain. Et dans ce pays nous avons une expression qui nous concerne tous ici 'Tant que les clients voudront consommer, ne blâmer pas celui qui les sert". Comme Maître Harckness nous la fait remarquer, respectons la volonté du cheval de rester digne jusqu'au bout. Mais nous sommes des hommes (JC sort de sa poche intérieure de veste un pot de colle et le pose en évidence devant le jury) et ça c'est de la colle.
 
 

Bureau de Richard Fish.
Sont présents: Ling Woo, Nelle Porter, et des équipes de journalistes.

Une conférence de presse a été organisée, LW fait une déclaration.
LW: Nous remercions la cour pour le jugement rendu et le public pour son soutien moral. Les raisons pour lesquelles j'abandonne les poursuites sont personnelles, et pardonnez-moi de ne pas rentrer dans les détails. Il apparaît que certains troubles physiques ou physiologiques et psychologiques pourraient sans doute expliquer le comportement de Monsieur Wick et ses constantes déclarations sexuelles. Je pense qu'il ne serait pas correct de ma part d'exploiter un cas médical, de me servir de la faiblesse d'un homme. Maintenant j'aimerai ajouter, au sujet de cette nouvelle information, que je ne souhaite surtout aucun mal à Monsieur Wick et j'espère qu'il se remettra.
La presse s'emballe et tente d'en savoir davantage.
NP: Je suis désolée, c'est tout. Les poursuites sont abandonnées.
Presse: Monsieur Wick est-il déficient sur le plan sexuel ?
NP: Je ne suis pas en mesure de vous répondre.
Presse: Mme Ling...
LW et NP s'en vont.
 
 

Bureau de Richard Fish.
Sont présents: Richard Fish, Ling Woo, Nelle Porter, Ally McBeal.

Entre la scène précédente et celle-ci, il s'est passé du temps. Toutes les équipes de journalistes ont quittées les lieux. RF et AMB sont debout, LW et NP assises en face d'eux.
RF: Ca c'est la dernière pierre à l'édifice. Vous le faites passer pour un malade et vous, vous sortez par la grande porte. C'est un travail d'orfèvre, une grande leçon. Bravo Nelle.
NP: Merci.
AMB: Mais vous ne savez pas si cette information est vraie ?
NP: Et alors ?
AMB: Alors ? S'il se retourne contre nous ? Sa célébrité est entièrement fondée sur ses supposées érections.
NP: Nous n'avons pas dit qu'il était impuissant.
AMB: Non, mais vous y avez fait allusion.
NP: C'est lui qui nous a dit qu'il prenait du Viagra et de l'Ibuprophène.
AMB: C'était une blague.
NP: Oh ça c'est votre interprétation. Si on s'est planté tant pis. (RF rigole) C'est un personnage public, il peut nous poursuivre pour nuisances. Il faudra qu'il prouve que c'est vrai, c'est impossible. Je vous l'ai dit, quel allié ce premier amendement.
RF: Dégueulasse, immonde, j'ai envie de vous embrasser. (à LW) Même vous.
LW: Pas question.
AMB: Vous voulez que je vous dise ? Vous sentez mauvais. Vous êtes vicieuse.
LW: Pas plus vicieuse que vous avec vos jupes provocantes.
AMB: Je ne suis pas provocante.
LW: Mais enfin, est-ce que vous vous êtes vue ? (elle se lève) Je déteste cette équipe (elle part).
RF: Bon si on allait au bar, on va fêter ça.
NP se lève et suit RF. Ils sortent de la pièce. AMB reste.
 
 

Cabinet Cage & Fish. Les toilettes mixtes.
Sont présents: Ally McBeal et John Cage.

AMB entre dans les toilettes alors que JC est en train de faire ses exercices d'équilibre (des sauts accrochés par les bras au cadre d'une des portes de toilettes) Au moment où AMB passe devant ses toilettes JC la bouscule avec ses pieds et elle se retrouve assise au fond de la cuvette des WC opposés où elle appuie par mégarde, en tentant de se rattraper, sur la chasse d'eau qui se déclenche. AMB pousse un cri au moment du choc.
JC: Oh Ally, je suis désolé. Est-ce que ça va ?
AMB: Tu m'as fait tomber dans les toilettes.
JC: Je faisais mes exercices, pour mon équilibre.
AMB: Un jour tu vas tuer quelqu'un.
JC: Je suis désolé.
AMB se retourne et lui montre les dégâts au niveau de sa jupe. Elle soulève sa veste. La jupe est trempée.
AMB: Regarde-moi.
JC: Oh...
AMB: J'étais juste en train de me dire que ces gens étaient bons à mettre aux toilettes et boum, c'est moi qui plonge à leur place.
JC: Quels personnes veux tu mettre aux toilettes ?
AMB: Tu sors avec elle alors ?
JC: Oh... nous avons prévu un dîner jeudi. Et en plus tu sais ce que je ressens.
AMB: Tu es amoureux d'elle.
JC: D'abord ce... ce n'est pas moi qui l'ai invitée. C'est vrai, j'étais en train de... de préparer ma plaidoirie, c'est... c'est elle qui... Mais enfin tu la détestes tant que ça ?
AMB: C'est flou, j'en sais rien, j'ai peur que nos méthodes prennent une tournure différente.
EV entre dans les toilettes.
EV: Ally, j'ai une grande nouvelle. Le producteur d'Harold Wick vient de téléphoner.
AMB: Quoi ? Il nous poursuit ?
EV: Non, il vous invite dans son émission demain.
AMB: Je vous demande pardon ?
EV: Il vous veut. C'est sûrement pour vous engager dans une de ses émissions coquines. Est-ce que je dois dire oui ? Ou est-ce que je le passe à Nelle ?
JC: Euh vous...
AMB: Dites à ce type que je dis oui.
EV (étonnée): Vous dites oui ?
AMB: Oui bien sûr. Pourquoi pas ?
EV (ironiquement): Mais vous allez vous faire démolir. (elle s'en va
JC chantonne pour se remonter.
AMB: On ne meurt qu'une seule fois.
AMB ferme la porte des toilettes.
 
 

Studio d'enregistrement.
Sont présents: Ally McBeal et l'équipe de l'émission d'Harold Wick.

AMB est en train de se faire maquiller pour la télévision.
AMB: Je... je croyais que c'était de la radio.
Prod: Non c'est aussi sur le câble pour l'occasion. Vous voulez quelque chose, un soda ?
AMB: Non. Non ça va, merci.
Prod: Il vous reste environ une dizaine de minutes.
AMB: Ah et c'est normal. Il arrive toujours à la dernière seconde comme ça ?
Maq: Exactement. Il ne veut pas que ses invités se sentent trop à l'aise.
AMB: Ah.. c'est rassurant.
 
 

Cabinet Cage & Fish.
Sont présents: Elaine Vassal, Nelle Porter et Richard Fish.

EV, NP et RF descendent précipitamment du premier étage du cabinet en direction du bureau de RF. Ils parlent en même temps.
RF: Elle fait quoi ?
EV: Elle est chez Harold Wick maintenant.
NP: Pourquoi ?
EV: Pourquoi pas ? Moi, ce serait mon rêve. Et c'est vrai que j'ai l'esprit plus fait pour ce genre de programmes.
NP: Mais... mais enfin, ça n'a pas de sens. Venir dans cette émission c'est l'accepter...
EV: Et c'est peut-être vrai, mais si on abrège pas on va l'a raté.
 
 

Bureau de John Cage.
Sont présents: John Cage et Georgia Thomas.

JC est à son bureau en train de lire un dossier lorsque GT entre.
GT: Ca va ?
JC: Tiens...
GT: Je te félicite pour ta plaidoirie John.
JC: Merci beaucoup.
GT: Très spirituel. Cependant je ne suis pas certaine qu'elle soit dans l'intérêt de ton client.
JC: Hum il ne me paye pas pour mon esprit.
GT: J'espère qu'il va gagner. Parce que s'il perd, il risque d'avoir d'autres procès.
JC: Une affaire à répétition. Ce serait bien vu de ma part.
 
 

Studio d'enregistrement.
Sont présents: Ally McBeal, Harold Wick.

Prod: 3... 2... 1... Ca tourne.
HW: J'ai eu des ennuis, tout le monde est au courant qu'on m'a fait des embrouilles. Mais ce que personne ne sait c'est à quel point les avocates de l'an 2000 sont sexy.
AMB sourit.
HW: Moi je le sais maintenant. C'est pourquoi, aujourd'hui, j'ai fait venir Ally McBeal pour que tout le monde voit comme elle est jolie. Salut Ally.
AMB (émue): Bonjour Harold.
HW: McBeal. McBeal. Je sais pas pourquoi ça me fait penser aux barres chocolatées ou alors un bon biscuit, une sucrerie en tout cas.
AMB: Oh Harold.
Fondu sur la vision du bureau de RF ou BT, RF, NP et EV regarde l'émission en direct.
HW: Vous savez c'est le bonheur d'avoir un joli bonbon à ses côtés mais parlons un peu du procès, juste une minute. D'abord y a-t-il une chance qu'on vous voit nue ?
Retour sur les studios.
AMB: Je... je... je ne crois pas Harold.
HW: J'en étais sûr. Vous savez que vous avez un magnifique petit corps, super sexy ? Vous le savez ?
AMB: Je... je suis au courant.
AMB rigole. Fondu vers RR dans l'appartement de RR et AMB qui rigole.
HW: Vous y faites attention ?
AMB: Tout le temps.
HW: J'étais dans cette salle d'audience, et je louchais sur vous et sur Nelle qui, il faut l'avouer, est un sacré petit lot aussi...
AMB: Euh... je... j'en sais rien.
HW: Allez, allez.
AMB: Non j'en sais rien.
HW: Donc je louchais sur vous et je louchais sur Nelle et je me disais: "est-ce que toutes les deux vous avez euhhh ?" enfin vous voyez ?
AMB: Oui. Mais non, non, non. Nous n'avons que des rapports de travail.
HW: Dommage parce que votre joli petit corps sexy enroulé dans son magnifique corps de déesse...
AMB: Oh...
HW: Ca vaudrait le coup d'oeil. Enfin, revenons au juridique OK ? Vous êtes avocate, célibataire, merveilleuse, pleine aux as; je parie que vous pouvez vous payer plein de mecs.
AMB (en rigolant): Oui pas mal.
RR devant son poste de télévision rigole aussi.
HW: Bon et si maintenant on parlait de cette conférence de presse d'hier soir.
Dans le bureau de RF.
BT: Pourquoi est-ce qu'elle nous fait ça ?
RF: Si tu ne sais pas comment veux tu qu'on sache ?
BT: Ce n'est pas Ally !
Dans le studio d'enregistrement.
HW: Ally nous avons plein d'appels. Les gens aimeraient en savoir plus sur cette incapacité sexuelle. Avez-vous parlé à mon ex-femme ?
AMB (sur le ton de la blague): Exact...
HW: J'en étais sûr.
AMB: Non, non.
HW: Si, si avouez le.
AMB: Non, non.
HW: Mon ex-femme disait que faire l'amour avec moi c'était, un peu, une vaccination.
AMB rigole.
HW: Ca me vexe parce que j'ai toujours pensé que j'étais un coup d'enfer. Et tout s'est écroulé quand j'ai entendu cette conférence de presse.
AMB: Harold, nous étions assises toutes les 3 dans cette salle et nous attendions un geste de vous qui n'est jamais venu, on s'est vengé.
Dans le bureau de RF.
NP: Oh c'est pas vrai...
BT: Je ne comprends rien, elle est folle.
Dans le studio d'enregistrement.
HW: Si nous parlions maintenant de ces jolies petites jupes que vous portez.
AMB: Oh... les hommes passent leur temps à mentalement me déshabiller. Je veux seulement leur faire gagner un petit peu de temps.
HW: Mmm poupée, j'aimerai bien passer un peu de bon temps avec toi.
AMB: Oh non, non, non, merci, sans façon merci.
 
 

Bureau de John Cage.
Sont présents: John Cage et Georgia Thomas.

John Cage est assis sur son canapé, avec son attaché-case sur les genoux quand GT entre.
GT: Le jury revient. Au trot s'il te plaît.
JC est blessé par la remarque.
GT: Désolée.
 
 

Tribunal. Salle d'audience.
Sont présents: Le juge, le jury, le restaurateur Mr Handy représenté par John Cage assisté de Georgia Thomas, le consommateur mécontent Mr Daley représenté par Maître Harckness.

J#1: Le jury a-t-il délibéré ?
PJ: Oui Monsieur le juge. (il se lève)
J#1: Nous vous écoutons.
PJ: Dans l'affaire de Monsieur Daley contre le Bistrot Paul, considérant qu'il s'agit d'une négligence non intentionnelle, nous plaidons en faveur... en faveur de l'accusé.
Audience étonnée.
J#1: Affaire jugée, je remercie le jury (il s'en va).
MH: Je vais vous accorder le bénéfice du doute et vous dire merci beaucoup.
JC: Par moments les sentiments changent selon l'humeur Monsieur Handy, et on n'y peut rien, c'est comme ça.
MH: Mais un cuisinier est un cuisinier.
GT (à JC): On y va ?
GT, JC et MH se lèvent. JC ouvre son attaché-case et tapote Froley qui s'y trouve (son cheval en peluche). Il referme son attaché-case.
 
 

Studio d'enregistrement.
Sont présents: Ally McBeal, Harold Wick et le producteur de l'émission.

L'émission est terminée. HW enlève son casque.
Prod: C'était parfait. Bon boulot hein, vous êtes géniale.
AMB: C'est gentil.
HW: Vous avez été fabuleuse, je suis sincère. Ca m'a surpris que vous acceptiez.
AMB: Eh bien moi aussi, en fait.
HW: Pourquoi êtes-vous venue ?
AMB: Ce n'est pas parce que j'ai envie de vous.
HW: Mon personnage public c'est mon gagne-pain Ally. Vous savez, le Harold dans la vie n'est pas le même homme.
AMB: J'ai... J'ai accepté, pourtant ce que vous faites ne me plaît pas. Mais OK je me dis que c'est une forme de divertissement. En ce qui concerne la conférence de presse, c'était un coup bas. Je suis venue dans votre émission peut-être pour m'excuser de ce qu'on vous a fait hier. En tout cas c'était une expérience.
AMB et HW se serrent la main.
HW: Ally vous êtes géniale.
AMB: On reste amis ?
HW: Jamais.
 
 

Cabinet Cage & Fish. Dans la grande salle.
Sont présents: Richard Fish, Nelle Porter et Ling Woo.

LW: Nous ce qu'on veut c'est le faire souffrir et elle, elle va lui faire du charme.
RF: Certaines femmes ne peuvent pas s'en empêcher. Oui enfin...
LW: Je n'aime pas cette boîte depuis le début. Je ne paierais pas.
L'ascensceur s'ouvre, AMB en sort.
LW: Ah la voilà, la soeur de Judas.
NP (à AMB): Savez-vous qu'en participant à cette émission vous avez totalement détruit notre travail ?
AMB: Ce que nous avons fait hier soir était dégueulasse Nelle. Désolée, techniquement je n'ai pas trahi nos méthodes et techniquement je n'ai pas mis en péril l'issue de notre affaire. Et je vous ai fait de la pub pendant 15 minutes, vous devriez être contents.
AMB rentre dans son bureau et ferme la porte.
 
 

Bureau de Ally McBeal.
Sont présents: Ally McBeal et John Cage.

On frappe à la porte.
AMB (en ouvrant la porte): Allez au diable.
JC (large sourire au lèvre): C'est très douloureux.
AMB: John, je suis désolée. Désolée, je pesais que c'était oh... (elle s'en prend à elle-même)
JC: Je voulais te dire que tout ce que tu m'as expliqué, toutes ces peurs qu'on devienne différent; j'ai les mêmes.
AMB: Ah bon ?
JC: Mais tant que tu seras avec nous, on a aucun soucis à se faire.
AMB (émue): C'est la plus belle preuve de confiance qu'on m'ait jamais faite.
JC: Oh... Au cas où, je vais faire une note.
JC sort du bureau, EV entre avec un bouquet de fleurs.
EV: Ca c'est pour vous, les autres sont vertes de rage.
AMB: C'est quoi ?
EV: J'avais planqué la carte: "Pour une fille fabuleuse. Merci. Harold". Peut-être avons nous un nouveau prétendant.
 
 

Bâtiment du cabinet Cage & Fish. Bar du rez-de-chaussée.
Sont présents: Billy Thomas, Georgia Thomas, Ally McBeal, Ling Woo, Richard Fish, Nelle Porter, John Cage et Vonda Shepard.

BT et GT sont à une table, LW, RF, NP et JC dansent sur une chanson interprétée par VS. AMB arrive et s'assoit à la table de BT et GT.
AMB: Salut.
GT: Une étoile est née.
AMB: Merci.
BT: Ally, dans un million d'années...
AMB: Je sais. Je ne sais pas ce qui m'a pris. J'ai... vous savez quoi ? C'était géant.
GT et BT rigolent. AMB regarde la piste de danse et voit JC avec NP et LW avec RF.
AMB: Oh la qu'est-ce qui se concocte là-bas ?
GT: J'en sais rien mais ça me fait peur.
NP (à JC): Vous savez danser, ça m'étonne.
JC: Je suis bizarre.
NP: Ca, c'est vrai.
RF (à LW): Vous ne pouvez pas le nier que vous vous amusez.
LW (en souriant): Si, je le nie.
 

Générique de fin.


The unisex. Nelle is looking at herself in the mirror, adjusting her bun. She hears a toilet flush and looks puzzled. JOHN enters the unisex.

JOHN (showing his remote flusher): I like a fresh bowl.
NELLE: I understand.
JOHN: You're enjoying yourself so far ?
NELLE: Oh yeah! I am actually, yeah, it's a nice group. (she applies lipstick, JOHN looks at her and hears Boom boom boom, boom boom boo doom)
NELLE: John ? Can I ask you something ?
JOHN: Sure
NELLE: Are you... drawn to me ?
JOHN (stutters Poughkep...) : What ? (he accidentally pushes the button on the flusher and the toilet flushes again). Why would you ask that ?
NELLE: Sometimes women have intuitions about these things.. Plus Richard told me.
ALLY enters the unisex.
NELLE: I have certain rules about dating men I work with. But I make them up as I go along. (She leaves).
ALLY: It's official. I hate her.

John enters Richard's office and slam the door behind him.

JOHN: Did you tell Nelle Porter I was drawn to her ?
RICHARD: Yes. Sorry. Bygones.
JOHN (putting a part of his jacket over his head) : Unacceptable ! What I tell you I have an expectation of privacy !
RICHARD: John, which is why I'm apologizing. Bygones squared.
JOHN (putting now all his jacket over his head, covering it up completely): NO !
RICHARD: John, you know who Harold Wick is, Chop-chop on the airways, of course you know him.
JOHN (from behind the jacket): He's vulgar.
RICHARD: We're also suing him, Nelle's client, extremely hot copy , we have an excellent chance to boost our profile and erode the first amendment in the process. It's not often we get a case where principle coincides with profits, I'm not about to take timeout just because I breached some little trust thing you and I've got going. We're late for staff meeting. Off we go ! (Richard leaves)
JOHN is peering an eye through the jacket.

Opening Credits.

Staff meeting in the conference room.

BILLY: Wait, wait just a second, this woman...
NELLE: Her name is Ling.
BILLY: Ling... She's the plant manager.
RICHARD: Yes.
BILLY: Suing Harold Wick, the guy on the radio ?
RICHARD: Yes.
BILLY: Does Harold Wick have anything to do with this manufacturing plant ?
RICHARD: No.
BILLY: Then how ? What am I missing ?
NELLE: He broadcasts a sexually charged program, contributing to sexually charged working environments all over, especially places like manufacturing plants, dominated by male workers with the IQ of meat.
GEORGIA: We're... We're suing a radio personality for contributing to sexual harassment at a steel plant ?
NELLE: Exactly.
BILLY and GEORGIA laugh
BILLY: That is... I'm sorry, I'm sure you're a good attorney, but as a cause of action that is laugh out loud ridiculous !
NELLE: Great ! It's always more fun when I give a cute guy a giggle as I go about my business. I could actually use another body on this, could you jump in ?
GEORGIA (angry): No ! (she sees them looking all at her and calms down) You have that.. that motion to compel on Roberts !
RICHARD: Ally will do it.
ALLY: What ?
RICHARD: John's on trial, Georgia's second chair, I'm in charge, that leaves ... you. We all have work. Let's move ! (he leaves the meeting, as do JOHN, BILLY and GEORGIA)
NELLE (to ALLY): I'll get you the file.
ALLY: F.. Fine.

In the entrance of the office of Cage & Fish, LING is walking behind ELAINE.

LING: I'm looking for Nelle Porter, could you help me please ?
ELAINE: Well her office is..
LING: I've tried her office she wasn't there, hence my need for help. Have I come to the wrong person ?
ELAINE: You would be her... closest friend ?
LING: I'm a client.
NELLE (arriving): Ling !
LING: Oh Nelle ! (they kiss on the cheeks). I am extremely anxious.
NELLE: We'll get through !
LING: And now we're facing him, and why have you switched firms, you know how I am with change !
NELLE: Everything will be fine.
LING: I.. I'm very anxious, I'm..
NELLE: Ling, it's just a deposition. Relax.
LING (looking at Elaine looking at her) :Maybe it's just too much newness...

Court room. Man testifying. JOHN and GEORGIA at the defendant's table.

RESTAURANT CUSTOMER: It was our anniversary so I wanted everything special that's why I took her to a French restaurant. We ordered the Chef's menu thing.
MR DALEY ATTORNEY : Chef's menu ?
RESTAURANT CUSTOMER: It's a set thing, fishy cold soup, foil grass, stuff you wouldn't order in a million years.
MR DALEY ATTORNEY: Did they tell you what you're eating, when they serve it ?
RESTAURANT CUSTOMER: Well it's more tasty in French, so we didn't really ask. French fries is good, but pommes frites ? We didn't really press them on the translation.
MR DALEY ATTORNEY: But eventually you did, press them ?
RESTAURANT CUSTOMER: On the meat, yes. It was so good, I said I gotta know what kind of cut this is. That's when they told me.
MR DALEY ATTORNEY: What was it ?
RESTAURANT CUSTOMER: Horse.
MR DALEY ATTORNEY: Horse ?
RESTAURANT CUSTOMER: As in trigger, as in secretarial. They served me and my wife Mr. Ed !
MR DALEY ATTORNEY: What happened when they told you what you'd just eaten ?
RESTAURANT CUSTOMER: I became nauseous, as did my wife.
MR DALEY ATTORNEY: Were there any other consequences for you and your wife, besides nausea ?
RESTAURANT CUSTOMER: We suffered sleeplessness, even depression. We're both animal lovers, horse lovers in particular. The idea that we ate one...that repulsed us. Still does.
(Noises of horses galloping - Everybody looks at the defendant's table where JOHN stops a recording).
JOHN: I apologize. One of my props went eerie.

Cage & Fish entrance. Two men get out of the elevator (one of them is Harold Wick). Harold Wick bumps into Elaine.

HAROLD WICK: I am so sorry !
ELAINE: That's all right. Oh, you're Harold Wick ! I'm Elaine Vassal, I'm a huge fan ! Although I should say it quietly since my office is suing you.
HAROLD WICK: I understand.
HAROLD WICK’S ATTORNEY: We're here for the deposition.
ELAINE (gesturing but still looking at HAROLD WICK): Yeah, it'll be in the conference room. May I just say, on your show, you talk about women as if they're all cheap. You see, my entire life, I've been cheap, and it wasn't until I listened to your show that I realized I wasn't alone in the world.
HAROLD WICK: Oh, well, I'm happy to have helped.

Courtroom, same man testifying, JOHN is cross-examining

JOHN: D'you like horses ?
RESTAURANT CUSTOMER: Very much.
JOHN: Found the meat to be delicious, even ?
RESTAURANT CUSTOMER: I don't like eating it it's perverse.
JOHN: You eat cows ?
RESTAURANT CUSTOMER: That's different.
JOHN: Pigs ?
RESTAURANT CUSTOMER: Yes but...
JOHN: Hand roasted Cornish game hens ?
RESTAURANT CUSTOMER: Look, I'm not a vegetarian and I'm not against eating meat, but a horse, it's a noble beast !
JOHN: D'you ever go to the track ?
RESTAURANT CUSTOMER: I've been.
JOHN: Ever screamed at a jockey to whip the noble beast you've bet to show ?
MR DALEY ATTORNEY: Objection !
RESTAURANT CUSTOMER: I'm not gonna get into a cruelty debate. I'm sure we can all treat cats and dogs better than we do, but we'd never eat them. That should be the same for horses.
JOHN: Some people might like horse meat. Shouldn't it be the individual's choice ? Couldn't you just say "Ne" ?
RESTAURANT CUSTOMER: That's real funny. The point is, they didn't tell me. If they'd told me...
JOHN: You would have ordered the cow.

Deposition. Conference room at Cage & Fish. NELLE, ALLY and LING on one side of the table.

NELLE: And you would be aware of the male demographic make-up of your audience ?
HAROLD WICK: I really don't think in graphic terms. Well, sometimes (grins)...
NELLE: I suggest you'd answer the questions, Mr. Wick.
HAROLD WICK: I thought I did. By the way you didn't tell me your name ?
NELLE: I think I did.
HAROLD WICK: Oh that's right, you're Nelle. I like that, Nelle, sounds good and naughty... And you're Ling, and (looking at ALLY)... Who's the spinner ?
ALLY: Hey !
HAROLD WICK’S ATTORNEY: Harold !
NELLE: Do you think this is a game ?
HAROLD WICK: Of course it's a game ! Just because you're this hot little foreign number and you hired these two little nubile lawyers you think I'm gonna pop a chubby and give you my money ? Well, OK. What are you, Chinese?
NELLE: Mr. Wick !
HAROLD WICK’S ATTORNEY: Harold (same time)
HAROLD WICK: Lucky I took some Viagra with the Ibuprofen !
LING: You're the more violent person...
NELLE: Ling !
HAROLD WICK: Ma'am, I'm sure you're a nice person...
NELLE: You're not going to intimidate us, Mr. Wick.
HAROLD WICK: (to NELLE) Don't think that I don't know that ! I can't even look at you without seeing a whip ! (to ALLY) And you, I can't get a beat on. I just know that I'd like to take you home and make you my nasty little whore.

ALLY and NELLE enter the unisex.

ALLY: Don't you think by suing him that we're giving him exactly what he wants, I mean, this guy loves the publicity !
NELLE: Even so, we're doing what Ling wants.
ALLY: Come on Nelle, we're not gonna win this !
NELLE: Don't be so sure.
ALLY: Oh, oh.. Nelle, what.. what is a spinner ?
NELLE: I think it means... perky personality.

Downstairs bar. RICHARD and LING at a table. VONDA SHEPARD is singing.

LING: Where is she ? I'm very uncomfortable around new people.
RICHARD: She'll be here. Tell me, Ling, when you resort to these sexual harassment lawsuits, do you worry about coming on, say.. weak, vindictive, powerless, little ant who needs the special help ? It runs so contrary to your personality which seems .. vicious. (LING just looks at him). I'm just making conversation until... Nelle gets here.
LING: If you only knew the things that are said about me.
RICHARD: I bet I could guess.
NELLE (arriving): Hey !Sorry I'm late. What did I miss ?
RICHARD: Oh, nothing we're just chewing the baby fat.
LING: I don't like your new firm. The lawyers here are crazy and the singer bugs me.
NELLE: Come on, let's go back up to the office. (they both leave)

John Cage's office. He's reading papers, and then he pauses and he opens a drawer and takes out a stuffed horse and starts playing with it (making it gallop and making horse noises). ALLY enters and sees him.

ALLY: Umm.. Umm, John?
JOHN: Ally ! Hi ! (he hides the stuffed horse)
ALLY: What was that ?
JOHN: What ? (looks at her look, and takes out the stuffed horse) Oh, oh that, it's the monster debate for my trial. His name is Frowley, I used to make cut out dolls of the bullies at school, Frowley would kick them. He's a good horse.
ALLY: This case is upsetting you.
JOHN: Well, I think, I've always thought, we enjoy a special covenant with the horse. Carry us high as we ride into battle, and they won't eat you...
ALLY: Do you think Georgia should first chair ?
JOHN: No, actually, I would have been fine, but the plaintiff brought up Mr. Ed. Frowley and I used to watch that show together and.. Why am I telling you this ?
ALLY: Because you can. Remember when you're with me, it's the only time that you're not the strangest person in the room, so go ahead, get weird on me.
JOHN: I'm cross-examining this guy, and in my head, I'm thinking, what if Wilburn went into the barn one Thanksgiving and said "We have no turkey Ed, I'm sorry". Today it could happen. November, sweeps.
(ALLY has picked up Frowley and caresses it.)
ALLY: You remember the song ?
JOHN: Excuse me ?
ALLY (singing): A horse is a horse, of course, of course, And no one can talk to a horse, of course, that is of course, unless the horse is the famous Mister Ed (LING and NELLE peer through the door ajar and look at them bewildered - JOHN starts singing with ALLY) Go right to the source, and ask the horse, He'll give you the answer that you endorse (they are both pausing as looking for the rest of the lyrics), he always takes the steady course, Talk to Mister Ed. (JOHN sees LING and NELLE and stops singing, Ally has not seen them yet) I am Mister Ed ! (ALLY looks up from Frowley she's holding in her hands and sees LING and NELLE who enter the room. ALLY put Frowley back in John's hands).

Ally at home, the HAROLD WICK show is on TV. RENÉE and ALLY in the kitchen.

Caller on the show: But Harold, why does she sue you ?
HAROLD WICK: Why does she sue me, what's up America ? She sues me because anyone today with enough money to afford a lawyer can buy some fame. And you know what ? She'll get it. Especially since she got that slutty little Asian thing going, American men love that, don't we guys ? (blows a horn - Ally turns back to look at the TV horrified). Listen, no nuts, listen up America...
RENÉE (turns off the TV): I hate saying, he's a little bit right.
ALLY: What, that American men like slutty Asian women ?
RENÉE: He's right about her probably ending up on the cover of Time. It will sell better than some doctor curing cancer.
ALLY: You should see the way she dresses.
RENÉE: Who ?
ALLY: Ling. It's like "Look at my body now" !
RENÉE: "But just don't talk about it !"
ALLY: Exactly.
RENÉE: You know the men at the court house, clerks, and lawyers, and some of the judges even, they talk about your short skirts.
ALLY: They... they do ?
RENÉE: Isn't that why you wear them ?
ALLY: No. I want them to talk about my legs ! They do, don't they ?
RENÉE (not so sure): Oh yeah...

Court room. Restaurant's owner testifying.

Restaurant Owner: It's very low fat, it's high protein, it's probably better for you than Angus beef.
JOHN : But Mr. Handy, a horse ?
RESTAURANT OWNER: You know what, in Hindu, they probably have something to say about us eating cows.
JOHN : This is the United States of America.
RESTAURANT OWNER: In which there are many slaughter houses which produce horse meat. In Japan, they eat 'em raw, like sashimi.
JOHN : You don't think our equestrian friends deserve better than to be offered up on a plate with Caesar's...
RESTAURANT OWNER: Of course they deserve better. So does the pig.
JOHN: You sound annoyed. I mean surely you can appreciate this animal is revered in our country, I mean what if Elizabeth Taylor ate her horse in National Velvet ?
RESTAURANT OWNER: Are you sure she didn't ?
Judge: Mr. Handy, it would be a grave mistake to insult Elizabeth Taylor in my courtroom.
RESTAURANT OWNER: I'm sorry, Your Honor, but I'm on trial here. I'm spending my own money to defend against a suit based on blatant hypocrisy. That man isn't sick, he didn't suffer injury, we're all in this room because of a nausea, that it's unconscionable to eat a horse !

Cut scene. Attorney cross-examining now.

MR DALEY ATTORNEY: And to you, it's just perfectly OK ?
Restaurant Owner: We kill them for pet food, we turn horses into paint thinner for God's sake, what does that do to their nobility ?
MR DALEY ATTORNEY: Yes, but for pet food or paint thinners they can be euthanasied. But for human consumption the end has to be drug-free, right, which means slaughter.
RESTAURANT OWNER: Ah, well, if cruelty is the issue, that brings us right back to the cow and the pig.
MR DALEY ATTORNEY: You just don't seem to be too sympathetic on this at all, do you ?
RESTAURANT OWNER: If people don't want to eat it, they shouldn't order it. But I shouldn't be hold into a court room, for serving it.

Another courtroom, Harold Wick's attorney and Nelle in front of the judge. LING and Ally at one table, HAROLD WICK at another.

HAROLD WICK’S ATTORNEY: It's preposterous. Forget the issue of free speech and censorship, the idea that a radio personality can be sued for sexual harassment by someone he's never met or even talked about !
Judge: I must say, miss Porter, your client does not work for Harold Wick, this man has no connection with the steel plant, what possible duties does he have to ensure against any discrimination that goes on there ?
NELLE: Your Honor, it was once held that tobacco companies had no duty to people who didn't use their products. Until it was determined that non smokers were also being hurt, and the law changed. Our theory is basically the same as second hand smoke. What he's putting out is finding its way into the workplace.
Judge: Second-hand smoke ?
NELLE: We go after car companies for polluting the air. This man is syndicated on more than 300 stations. He goes on daily talking about women's body parts, saying God made females to be sex slaves.
Judge: We call it free speech.
NELLE: Yes. And the courts are willing to clap down of free speech when it causes oppression and discrimination.
HAROLD WICK’S ATTORNEY: This stretches the scope of sexual harassment to absurdity !
NELLE: I'm not so sure. Under the law right now you can sue an employer for playing Mr. Wick's broadcast in the workplace. It's not even a question. What we're saying in our complaints, even though these broadcasts aren't actually being played at my client's steel plant, this man is so pervasive and popular, that things he says are coming inside just the same.
HAROLD WICK’S ATTORNEY: So the court should just get in there and legislate the content of radio programs ?
NELLE: Nope. He should be able to say whatever he wants. But if it results in discrimination or hostile work environment, he should simply be held accountable.
Judge: How would you ever prove that what he says on the radio affects what the men think and say at that manufacturing plant ?
NELLE: Maybe I couldn't. But that's a question for the jury. Not the judge.

Ally's office. She is sitting at her desk, holding her head in both her hands. Elaine walks by and sees through the door, walks past and comes back.

ELAINE (entering the office): What's wrong ?
ALLY : Nelle...
ELAINE: Don't tell me she's good !
ALLY : She's great ! She's poised, (raises her head, and while talking gets up) she doesn't pull at her hair, nothing comes out of her mouth that she doesn't want to come out, she doesn't over gesticulate, and she made a completely impossible cause of action seem totally believable. That bitch !
ELAINE: The judge didn't throw it out.
ALLY : He took it under advisement. We might even win !
ELAINE: Oh Ally ! I'm so sorry !

A room in Cage & Fish (maybe Richard's office). LING and RICHARD are in front of the TV watching HAROLD WICK being harassed by a horde of reporters.

Reporters: Harold, Harold... how do you think you'll win ?
HAROLD WICK: Well listen, truth be told, I don't really know what was said in there, the other attorney did most of the talking, and she was just so ... yummy (laughs from the reporters, RICHARD looks happy, LING is annoyed) All I wanted to do was bite her (more laughs, RICHARD turns off the TV).
LING: Part of me wants to sleep with him. Cause I know if I did, I'd kill him.
RICHARD: Ouch.
LING: Where is Nelle ? She says she's going to meet me places and I always get stuck with you.
RICHARD: Terrible, I know. Is that on your neck... ? (he touches her waddle) Oh Chinese waddle... (She slaps him) Bygones !
LING: You're a man without any nice qualities as far as I can see. With a funny name, Fish.
RICHARD: Sticks and stones, Liiinggg. When I first saw you, you know what I was thinking ?
LING: What ?
RICHARD: Nothing. You made no impression at all.
LING: When this case is over, I promise, I'll be taking my business elsewhere.
RICHARD: No you won't. I can tell. (He leaves)

Apparently late in the office. NELLE is going up the stairs. John is walking in circles bare feet. She sees him.

NELLE: Ah. What are you doing ?
JOHN: Oh, I... I'm just working on my closing. It's the first draft and I... I just get a better feel with bare feet
NELLE: Umm.
JOHN: Have you ever had horse meat ?
NELLE: Oh, thanks, but I've actually already had dinner. Maybe another time.
JOHN: Fine.
NELLE: I'm free Thursday night, how about Thursday ?
JOHN: Thursday ? That would... that would be good.
NELLE: Good.

John, still walking bare feet, broad daylight.

GEORGIA: Ready ? (Noticing the bare feet) You're still working on your first draft ?
JOHN: Georgia, I think I may need you to close.
GEORGIA: I.. I haven't even questioned a witness, the jury doesn't know me !
JOHN: Well, you've been in court.
GEORGIA: You can't just drop this mission the last second, you...
JOHN: I can do this ! I'm not invested...
GEORGIA: Wait a second. You've defended criminals, murderers even, you can't defend a restaurant that serves horse meat ?
JOHN: I know it sounds silly, but it is as if I hear voices in there (tapping his temples with both his forefingers) telling me not to do this.
GEORGIA: What kind of voices ?
JOHN: I'd rather not say.
GEORGIA: John, the law is completely on your side. And it would be conspicuous for you not to get up. It could even be malpractice. Come on, we gotta go. (she gets out, JOHN stands there, Ally is at the door)
ALLY: Is it Frowley ?
JOHN: Excuse me ?
ALLY: The voices ? Is Frowley telling you not to do this ?
JOHN: Frowley's not even speaking to me.
ALLY: Then who ? What voices ?
JOHN: I'm afraid if I tell you I would.. win back the reputation of strangest one in the room.
ELAINE (entering the office): Here she is. Ally, I have Nelle and vicious Ling (LING is next to her). They say the judge is coming back with the ruling.

Court room for LING.

Clerk: All rise (they do - Judge enters)
Judge: Nice little turn up ! (the room is packed)
Clerk: Be seated (they sit)
Judge: It is heartening to see the community takes such an interest in our Constitution. The sexual harassment claim is dismissed. (crowd gasps, HAROLD WICK is happy) As a matter of law I find it untenable that a radio talk show host could be held liable for employmental discrimination at a place where he does not work. However, the complaint also alleges negligent inflection of emotional distress... That one... is tricky. Free speech is not always protected. Bottom line, if it is foreseeable that some product you put out there is capable of causing harm, liability is right around the corner. Lawsuits have been brought against Hollywood movies. The talk show ? It's likely next.
Harold Wick's attorney: This is the most slippery of slopes ! If you...
Judge: No question, and the jury is free to say, We value free speech over the possible harm it causes, but let's all face the fact here ! Mr. Wick isn't out there throwing out ideas and political content for the most part, it's propitious, tickling radio sex talk (HAROLD WICK is checking out the legs of the 3 women sitting at the plaintiff's table) and for the young at mind. It demeans women systemically. I realize that 9 out of 10 judges might dismiss this claim, unfortunately Mr. Wick, you got me (crowd gasps again). Motion to dismiss denied.
ALLY (quietly): Oh my God !
LING: (to NELLE) Thank you ! (to Ally) Thank you Ally !
ALLY: I didn't do anything !
LING: Yes you did ! The judge got mad at him, you dressing up like this baiting him to call you a spinner, it worked! Genius ! (she hugs ALLY)
ALLY: Well, I'm glad to do my part ! (she looks down at her skirts)

On TV. Richard's office. NELLE, RICHARD and LING.

Karen (in a street): The ruling has sent shock waves through all media circles, Michael.
Michael (in studio): Karen, what kind of precedent does this set ? I mean, is Rush Limbaugh next ?
Karen: Well first keep in mind that this is just one state court ruling and it's certainly to be appealed. And anyone suing Rush Limbaugh would be hard pressed to prove that people might take him seriously.
RICHARD (during her talk): Cage & Fish, just say the name, Cage & Fish, Cage & Fish, Cage & Fish...
Karen: Reporting live from outside the law offices of Cage & Fish, I'm Karen...
RICHARD (turning off the TV) : Yes ! Yes ! Good report. Well Ling, congratulations, I don't have the words.
LING: Yes.
RICHARD: So ? What do we do now ?
NELLE: We dismiss.
RICHARD and LING: What ?!?
NELLE: We wanted to get the guy. We get him best, we're getting out while we're ahead.
LING: I want money !
RICHARD: Me too !
NELLE: You'll never get it. They'll never settle, they can't on principle, and on appeal we lose. Our case is basically right around the First Amendment.
LING: But why just give up ?
NELLE: Our goal is to get even. In victory we have credibility. Now we make the First Amendment our best friend in life. (she smiles)
LING: What are you talking about ?
NELLE (leaving the room): I need to draft a statement, I'll be back.
LING: Don't leave me alone with... him. (to Richard) Alone again, you and me. You probably feel special.
RICHARD: Ling, anyone with you is alone.

Court room. Closing arguments of the horse meat case.

MR DALEY ATTORNEY: Decent people don't eat horses. Sure you can talk about the cows, and the pigs, and the chickens, and the hypocrisy of it all, and cry why should horses be different ? But they are different. They are companion animals and they are different. If you ever stood up close to a horse, it's a proud animal. It's an animal seemingly with a capacity for integrity, with a capacity for not only serving mankind, but oddly, wanting to. And there's a dignity about them. A dignity. We should at least honor that in the end. (he sits down – Everybody is waiting for JOHN to rise then a few seconds later JOHN stop thinking and gets up)
JOHN: This case isn't about horses, it's about people. This person over here is suing this person over here. It's people. And people eat animals. You might not like it, but the Constitution doesn't start off "We the Horses". Animals don't get rights. We're not expected to rise to some level of decency when it comes to livestock. Not expected to have feelings for them and why should we ? They taste good. This thing about decency, you have to stop it. Because next, they'll go after the hAllyurger. If you attack horse meat on grounds of decency, I promise you, the hAllyurger will be next. It would be unavoidable. Because if you've ever been in a slaughter house if you've seen what happens to those cows, you'd know that decency will spell the end of an American institution, and the sausage will be next. And then the chicken wing. We the People eat animals. And we're not decent about it. My client is human, he's also American, and in this country we have another credo which is innate to us all, as long as folks keep consuming it, don't blame the guy who serves it up ! Plaintiff's counsel says we should allow the horse to keep his dignity in the end. We're human beings. (takes out a bottle from his jacket inside pocket) This is glue. (He leaves the bottle in front of the jury and sits down).

Press conference.

LING: we're grateful to the court for the validation, and to the public for its support. The reason I've decided to dismiss this claim, and you'll have to forgive me for not going into detail, it appears that certain physical or psychological dysfunctions may be the root of Mr. Wick's compulsion to fixate on sexual content. I feel it would be wrong for me to exploit any of his medical inadequacies or conditions. Suffice it to say, in light of this new information, I bear no ill-will towards Mr. Wick and I wish him well.
(Reporters go crazy.)
NELLE: I'm sorry, that's all, the suit has been dismissed.
Reporter: Have you learnt that he's impotent ? Is that it ?
NELLE : I'm not gonna parch this statement.

At the offices.

RICHARD: That was the dirtiest pool to its deepest depth, and you did it looking like you took the high road, it's a treat to watch you work Nelle, that was worthy of an earth worm.
NELLE: Thanks.
ALLY: But we have no information that he's impotent.
NELLE: So ?
ALLY: So ? So what if he turns around and sues us, this man's entire career is predicated by his erection !
NELLE: We didn't say he was impotent.
ALLY: Well you certainly implied it.
NELLE: Well he said something about taking Viagra with Ibuprofen.
ALLY: That was a joke !?
NELLE: Depends on how you interpret it. If we made a mistake, oopsy ! He's a public figure, he can't get us for being negligent. He's got to prove reckless disregard for the truth, he can't. I told you, in the end, the First Amendment's our buddy.
RICHARD: Dirty, ugly, I could kiss you ! I could almost kiss you (to LING) !
LING: But you won't !
ALLY: You know what ? I think what you did stinks. It was dishonest.
LING: No more dishonest than you pretending to be a spinn...
ALLY (shouting): I'm not a spinner !
LING: Bite my head off ! I still hate this firm ! (she gets up and leaves)
RICHARD: Come on, let's go the bar, celebrate !

Ally enters the unisex. John is doing his dismount and pushes her into a toilet bowl, and the flush goes on.

JOHN: Oh !
ALLY: You knocked me into the toilet !
JOHN: I was just practicing my dismount...
ALLY: You're gonna kill somebody someday !
JOHN: I'm sorry...
ALLY: (she turns around and lifts her jacket, which edge is soaked : her skirt is soaked also): Look at me !
JOHN: Oh.
ALLY: I was just thinking how this place is going down the toilet and then... then boom, I'm going down too !
JOHN: What do you mean we're going down the toilet ?
ALLY: Are you really gonna date her ?
JOHN: Well... I sort of committed to Thursday. Plus, you know, I...
ALLY: You're drawn to her !
JOHN: I never meant to date her, One minute I was practicing my summation, the next I... You really don't like her ?
ALLY: I don't know, it's just that I'm worried about this place becoming something different.
ELAINE (coming in): Ally, I have news. The producer of the Harold Wick show just called.
ALLY: What ? Is he suing ?
ELAINE: No, he's inviting you to be a guest on the show tomorrow.
ALLY: I beg your pardon ?
ELAINE (looks thrilled): He wants you ! Probably to engage you in some cheap sex talk !
ALLY: Pff...
ELAINE: Shall I tell him yes ? Or shall I pass him to Nelle ?
ALLY: You tell him... (thinks) I'll do it.
ELAINE (surprised): You will ?
ALLY: Yeah, sure. I'll do it.
ELAINE (looks even more thrilled): You could get creamed !
ALLY (to JOHN who looks puzzled): You only die once.

In the Harold Wick show's room (looks a lot like the Harold Stern show, by the way !) Ally is getting make up.

ALLY: I thought this was just radio.
Producer: Well it goes out on cable now. You want some water, soda ?
ALLY: I'm fine.
Producer: We start in about... ten minutes.
ALLY (pushing away the make up guy and like she's talking to herself): And what, does he just come down at the last second and plop down ?
Make-up guy: Pretty much. He doesn't like the guest to get too comfortable (starts making up Ally again).
ALLY: What a shock !

Cage & Fish. RICHARD, NELLE and ELAINE going down the stairs and walking fast.

RICHARD: She's doing what ?
ELAINE: Harold Wick. Now.
NELLE: Why ?
ELAINE: Why not ? I've always wanted to do him, but I have a rapier rate more suitable for the program.
NELLE: But it doesn't make sense ! Appearing on the show is the equivalent of endorsement !
ELAINE: This may be true, but if we keep talking we'll miss it !

JOHN's office. He's at his desk. GEORGIA comes at the door.

GEORGIA: Hey !
JOHN: Hey !
GEORGIA: Closing turned out to be pretty good, John.
JOHN: Thank you.
GEORGIA: The spirit of it, however, I'm not so sure it was in our client's interest.
JOHN: I'm not billing him for my spirit.
GEORGIA: I hope we don't lose. Cause that summation could give him grounds for a new trial.
JOHN: That would have been very clever of me, wouldn't it ? (GEORGIA leaves)

The Harold Wick show. Background credit music. This whole scene is difficult to describe because it goes between the show, the room in Cage & Fish where NELLE, RICHARD, ELAINE and BILLY watch, and RENÉE and ALLY's flat where RENÉE watches.

Producer: 3...2...1... We're on !
HAROLD WICK: I've been sued, everybody knows I've been sued ! What everybody doesn't know, is how sexy and trashy looking all the lawyers are. So we're very lucky here to have Ally McBeal here for everybody to see. Hi Ally.
ALLY: Good morning.
HAROLD WICK: McBeal, McBeal, I keep thinking that probably growing up you were some Cub Scout Happy Meal ?
ALLY (laughs): Oh no !
HAROLD WICK: Well, beats having a brownie, I can tell you that. Let's talk about the case for a minute. Firstly, is there any way I could see you naked ?
ALLY: I.. I don't think so, Harold.
HAROLD WICK: That's what I thought you'd say. You have this phenomenal tight... your body... You know that ?
ALLY: I... I... I do.
HAROLD WICK: You work on it ?
ALLY: I do. (cuts to RENÉE smiling at her, proud of ALLY).
HAROLD WICK: I was sitting in court, and I was looking at you, and I was looking at Nelle (cuts to NELLE), by the way, Nelle's kind of naughty, ain't she ?
ALLY: I.. I... I don't know !
HAROLD WICK: Come on !
ALLY (almost laughing): I don't know !
HAROLD WICK: I was looking at you, and I was looking at Nelle, and I was thinking, have the two of you ever.. you know, together ?
ALLY: No, no, we're just... business associates.
HAROLD WICK: With that tight body of yours, and Nelle's nasty little...(cuts to ELAINE smiling), well, anyway, let's not go there. Let's talk law. Single, lawyer, beautiful, makes lots of money, I bet you can get laid anytime you want ?
ALLY : Pretty much. (cuts to RENÉE laughing and clapping)
HAROLD WICK: So then tell me about this press conference last night.
BILLY: Why is she doing this ?
RICHARD: You tell me ! You've known her the longest !
BILLY: It isn't Ally !
HAROLD WICK: A lot of people have been calling and they want to know about this sexual inadequacy thing. Have you been talking to my ex-wife ?
ALLY (nods): Yes... No, no...
HAROLD WICK: Come on !
ALLY: No.. no...
HAROLD WICK: Well my ex-wife used to say that having sex with me was kind of like being vaccinated (ALLY laughs). That hurt my feelings, because I always thought it was a great 3 seconds ! Then you guys go and hold a press conference !
ALLY: Well, Harold, see, the 3 of us were sitting there in court, trying to turn you on, and you just never made a move. We were hurt !
NELLE: Oh please !
BILLY: I don't understand this at all !
HAROLD WICK: Let's talk about those skirts you wear ? What's that all about ?
ALLY: Oh, you know, men are constantly trying to mentally undress me. I.. I'm just trying to save them some time, that's all.
HAROLD WICK: Umm, baby come on over here and meet the big guy ! (blows a horn).
ALLY: Oh, no.. thanks anyway.

GEORGIA coming into JOHN's office. He's just sitting on the couch, his briefcase up on his knees, looking at nothing in particular.

GEORGIA: Jury's back ! Let's gallop ! (JOHN looks hurt by that) Sorry !

Court room

Judge: The jury has reached its verdict ?
Foreman: We have.
Judge: What say you ?
Foreman: In the matter of Daly vs. Paul's bistro, on the count of negligent infliction of emotional distress, we find in favor... of the defendant.
Judge: The jury is dismissed. Thank you for your service.
RESTAURANT OWNER (to JOHN): I'm willing to give you the benefit of the doubt and say Thank you.
JOHN: Sometimes sentiment is just that mister Handy, and sometimes not.
RESTAURANT OWNER: But a cook is always a cook.
GEORGIA: Come on (JOHN opens his briefcase, there's Frowley, he pats him and closes the briefcase again).

HAROLD WICK show.

Voice over : And we're clear !
Producer (entering the room): Good job, (to Ally) you were great !
ALLY: Thanks.
HAROLD WICK: You were fabulous, actually. I was a little surprised you agreed to come on.
ALLY: Well, me too, really.
HAROLD WICK: Why did you come on ?
ALLY: Is anything off the record with you ?
HAROLD WICK (laughs): My public persona is my livelihood. Ally, what I do is not who I am.
ALLY: I.. I came... Well, what you do, I don't always like it. But it's at least presented in the form of entertainment. What we did at that press conference, below the belt. My coming on the show, maybe it took some of the air out of our show last night. Anyway, it was an experience ! (ALLY and HAROLD WICK are shaking hands)
HAROLD WICK: Ally, you're a great lady.
ALLY: Go easy on us ?
HAROLD WICK: Never !
ALLY: Umm (they laugh, she leaves).

Cage & Fish hall. LING with NELLE and RICHARD.

LING: The whole point was to make him suffer and she goes on the show charming. She was nice !
RICHARD: Some people can't help being nice. You know how it is...
NELLE: None of us knew she was going to appear, I...
LING: I had a sick feeling about this law firm from the beginning. I won't pay. (elevator opens and Ally gets out). Oh there she is, little Judas !
NELLE: So how do you go on that show and sucks away everything we've tried to...
ALLY: What we did last night was disgusting, Nelle. Sorry. Technically I didn't betray any confidence as in technically, I didn't do anything to undermine our client's case. And hey (to RICHARD), I extended the firm's 15 minutes, you gotta love that... (walks away to her office, slams the door shut. There's a knock, and hilw opening) Go to Hell !
JOHN (obviously trying his smile therapy): That was hurtful.
ALLY: John, I'm sorry, I'm sorry, I.. I thought you were... Oh... Aie....
JOHN : I just want to say... Your concerns that this place might become something different ?
ALLY: Umm ?
JOHN: I share them.
ALLY: You do ?
JOHN: But as long as we have you, I know we'll keep what we have.
ALLY (almost crying): That might be the best thing anyone's ever said to me...
JOHN: In which case I'll leave on that note (he gets out, Elaine comes in with a bouquet of red roses)
ELAINE: They're for you, and nobody died !
ALLY: What ?
ELAINE (picking the card and handing it to ALLY): I picked at the card. To one classy broad, from Harold. Perhaps we have a new suitor ? (ALLY smiles, look at the note hiding it from ELAINE's eyes).

The bar downstairs. GEORGIA and BILLY at a table, RICHARD and LING dance, as do NELLE and JOHN. Ally arrives.

ALLY: Hey guys !
GEORGIA: A star is born !
ALLY: Thank you !
BILLY: Ally, in a million years...
ALLY: I know, I don't know what came over me. And you know what ? It didn't hurt ! (they laugh) (Ally notices the dance floor) Oh, look, what we've got going on up there ?
GEORGIA: I don't know, but it scares me a little.
NELLE (to JOHN): You can dance. I wouldn't have guessed.
JOHN: I'm a enigma.
NELLE: Yes you are (she takes her pin out of her hair-bun and let her hair fall. ALLY and GEORGIA gasp).
RICHARD: You can't deny you're having fun, LING.
LING: Yes I can (smiles)
GEORGIA and ALLY can't take their eyes off of NELLE's hair. (The movie-camera on ALLY).

End credits.

Kikavu ?

Au total, 38 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

bloom74 
24.02.2021 vers 09h

Elisea2017 
26.08.2020 vers 11h

parenthese 
02.05.2020 vers 12h

Emmalyne 
01.10.2018 vers 18h

LinoaSmile 
16.05.2018 vers 12h

u2pop 
17.03.2017 vers 15h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Ally McBeal de retour sur TMC tous les jours à 11h55

Ally McBeal de retour sur TMC tous les jours à 11h55
Depuis le lundi 4 janvier, la série est rediffusée tous les jours sur la chaîne TMC à...

Ally dans la course sur The X-Files !

Ally dans la course sur The X-Files !
Ally va devoir défendre son titre d'avocate si elle souhaite intégrer le prestigieux Service des...

Sondage sur Karen Sisco

Sondage sur Karen Sisco
Sur une idée de Elyxir, le quartier Karen Sisco vous propose un nouveau sondage et Ally McBeal fait...

Bobby Cannavale dans Once Upon a Time in Staten Island

Bobby Cannavale dans Once Upon a Time in Staten Island
Bobby Cannavale apparaîtra dans le drame Once Upon a Time in Staten Island réalisé et écrit...

Josh Hopkins | Whiskey Cavalier arrive sur TF1

Josh Hopkins | Whiskey Cavalier arrive sur TF1
L'acteur Josh Hopkins est dans la série Whiskey Cavalier, qui sera diffusée sur TF1 à partir du 29...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

ShanInXYZ, 13.04.2021 à 16:05

Nouveau thème dans Voyage au centre du Tardis, vous pouvez rattrapez les thèmes précédents, n'hésitez pas à passer voir le Docteur Who

swceliikz, 13.04.2021 à 19:52

Hello, nouvelle PDM sur le quartier d'All American

ShanInXYZ, Hier à 16:47

L'animation Happy Birthday to Who arrive sur le quartier Doctor Who, est-ce que vous connaissez bien les acteurs de la série ? A vous de jouer

ShanInXYZ, Hier à 16:47

et on continue de Voyage au centre du Tardis, en abordant la saison 12, on attend vos photos

choup37, Aujourd'hui à 15:40

3 anniversaires aujourd'hui sont célébrés sur Doctor who, oui, mais de qui..

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site